• 100, Rue de Paris 94220 - Charenton-Le-Pont
  • abcharenton@gmail.com

L’édito du mois

Mai 2021

La venue du Parakletos !

            Jésus dit à ses disciples : « Cependant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille. En effet, si je ne m’en vais pas, le défenseur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai et, quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement : en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi ; la justice, parce que je vais auprès du Père et que vous ne me verrez plus ; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé .» (Jean 16.7-11)

Avant sa mort sur la croix, le Seigneur Jésus a promis à ses disciples la venue du Saint-Esprit, le consolateur, le défenseur, l’avocat des croyants. C’est lui qui devait prendre la place du Christ au milieu des croyants.

Lors de sa venue, le Saint-Esprit devait jouer deux rôles très importants : D’une part chez les croyants ; et d’autre part dans le monde (l’ensemble des hommes et des femmes pécheurs qui se rebellent contre Dieu et contre sa volonté parfaite).

En ce qui concerne les croyants, l’un des rôles du Saint-Esprit était de conduire les apôtres de Jésus dans toute la vérité : « Quand le défenseur sera venu, l’Esprit de la vérité, il vous conduira dans toute la vérité, car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu et vous annoncera les choses à venir » (Jean 16.13).

Dans ce verset, il est question de la mission qu’aura l’Esprit de vérité d’assister les apôtres dans la rédaction du Nouveau Testament.

Aujourd’hui, l’Esprit de Dieu conduit les croyants selon la vérité écrite : ‘La Bible’, mais ne leur annonce plus de nouvelles révélations !

Par rapport au monde, le Saint-Esprit a pour rôle principal, celui de convaincre du péché, de la justice et du jugement. Sans la conviction qu’apporte le Saint-Esprit, il est impossible que les non-croyants se rendent compte de la dépravation totale de leur cœur ; qu’ils réalisent que leur propre justice est considérée comme un vêtement souillé devant la sainte Justice de Dieu ; et qu’ils acceptent qu’un jour ils devront rendre des comptes à Dieu pour chacun de leurs actes.

Que Dieu le Père nous donne d’apprécier davantage le beau ministère de son Esprit dans le monde et parmi les croyants pour la gloire du Christ !

 

                                                                                                                             Mardochée MULWENGE